Deux courts-métrages qui dénoncent les effets de notre addiction aux smartphones

Ah, on les aime, nos smartphones… si bien qu’on a souvent bien du mal à imaginer se séparer d’eux, ne serait-ce que pour quelques heures. Et il faut bien reconnaître que, pour les vétérans qui (comme moi) ont connu la vie avant et après, ils ont complètement révolutionné notre façon de vivre. Et que la vie après, pour énormément de choses, est devenue infiniment plus simple.

Et pourtant, il faut admettre aussi qu’ils ont une fâcheuse tendance à nous rendre complètement accros… nous faisant parfois perdre de vue ce qui a le plus d’importance, comme les relations interpersonnelles, ou encore notre relation au monde et à la nature qui nous entoure.

Voici deux courts-métrages qui, chacun dans leur style et à leur façon, cherchent à nous faire ouvrir les yeux sur les conséquences de notre addiction aux smartphones, qui, à trop vouloir nous connecter, finissent par nous aliéner et nous isoler de tout.


Mr Selfie, de Weareseventeen

Weareseventeen, une agence de design et d’animation graphique, a récemment mis en ligne un court-métrage dénommé Mr Selfie.

Au travers de graphismes très épurés, et d’une bande-son quasi-muette, cette vidéo retrace la journée de Mr Selfie. Les yeux fixés sur son écran tout au long de la journée, il passe, tel un robot, au travers des divers événements de sa journée sans les voir ni les ressentir. Hypnotisé par l’écran de son smartphone. Le seul moment où il s’intéresse à ce qui l’entoure, c’est juste pour cadrer au mieux le superbe selfie qu’il va diffuser sur les réseaux sociaux. Et le soir, la dernière chose qu’il fait avant de se coucher est de conclure sa journée avec un dernier message : « boring »….

Mr Selfie from weareseventeen on Vimeo.


Way Out, de Yukai Du

Yukai Du est une jeune illustratrice d’origine chinoise, installée aujourd’hui à Londres. Diplômée depuis seulement quelques années, Way Out est son 2ème film d’animation.

Ce court-métrage s’inspire du livre de Sherry Turkle intitulé « Alone, together » et présenté au travers de sa conférence TED  « Connected, but alone? », dans laquelle cette psychologue et sociologue cherche à trouver les raisons de notre attirance pour les communications via les sms ou les réseaux sociaux et de la disparition de réelles conversations entre les gens. Elle évoque la capacité des réseaux sociaux à nous donner « l’illusion de la compagnie sans les exigences de l’amitié », à nous faire croire qu’ils peuvent nous affranchir de la nécessité d’une communication en face-à-face qui nous oblige à dévoiler nos faiblesses ou nos hésitations et à nous confronter au point de vue de l’autre sans écran interposé. A nous laisser penser qu’il est possible de communiquer sans devoir en passer par un effort d’écoute, de confrontation d’idées, de compréhension et d’empathie. Et démontre que nos comportements ultra-connectés, qui visent à fuir la solitude, nous plongent en fait dans l’isolement et la déshumanisation.

C’est cette idée que Way Out retranscrit, au moyen d’un court-métrage aux graphismes superbes et figurant remarquablement la façon dont nos smartphones finissent par nous aliéner et nous faire perdre toute humanité. Il nous invite, à l’image du livre de Sherry Turkle, à trouver la porte de sortie, l’échappatoire qui nous permettra de reprendre le pouvoir pour mettre la technologie au service de notre bonheur et non de notre perte :


Alors, on décroche un peu?!

Illustration: Pixabay – Geralt

Si vous aimez, merci de partager!
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une réflexion au sujet de « Deux courts-métrages qui dénoncent les effets de notre addiction aux smartphones »

Un petit commentaire?